Présentation

La gouvernance des universités : un élément central des débats sur l’enseignement supérieur 

 

La gouvernance des universités est devenue, au cours des dernières décennies, un élément central des débats sur l’enseignement supérieur. La dynamique et la diversification des missions des universités, la multiplication des parties prenantes, le changement de paradigme dans leur modèle de financement et de gestion, ainsi que la complexité et l’incertitude de l’environnement ont imposé de nouveaux modes de gouvernance et de responsabilisation des acteurs de l’enseignement. 

Définie comme un ensemble de dispositifs qui guident et limitent à la fois les pouvoirs décisionnels et la conduite des dirigeants des universités, la gouvernance fixe aussi le cadre permettant d’exercer pleinement leurs responsabilités et d’agir en cohérence avec les missions de l’université dans l’intérêt des parties prenantes. Elle est à la fois, la condition et l’aboutissement d’une stratégie réussie, capable d’intégrer efficacement les missions traditionnelles de production et de diffusion de connaissances, avec les nouvelles missions dévolues aux universités au cours de ces dernières décennies (développement des partenariats internationaux, contributions au développement local, valorisation de la recherche, évaluation des formations et de la recherche, professionnalisation des formations, diffusion de la culture scientifique et technique, contribution à l’éclaircissement du débat public…). 

 

 
 
Le numérique : générateur de mutations dans l’enseignement supérieur et la gouvernance universitaires

 

Ces mutations dans l’enseignement supérieur ont pour toile de fond la révolution numérique. Le numérique bouleverse aussi bien l’enseignement que la recherche et a pris une place centrale tant dans les décisions stratégiques des universités, telles que les programmes de formation, la recherche, les ressources pédagogiques, etc., que dans les processus internes des universités et les relations avec les parties prenantes. Le numérique assure la diffusion des connaissances à des coûts marginaux faibles, libère l’université de la contrainte territoriale et permet à celles qui disposent de moyens d’évoluer vers des « Universités sans frontières ». Il devient un facteur de mondialisation de la concurrence interuniversitaire.

La pénétration du numérique dans les différentes dimensions de l’activité d’une université, l’enseignement, la recherche et la gouvernance est très variable dans l’espace francophone, d’un pays à l’autres et d’une université à l’autre, en fonction des politiques éducatives nationales et régionales, des modèles économiques associés aux nouvelles formes d’enseignement, de l’approche institutionnelle de la gouvernance spécifique à chaque université. Dans ce cadre, il est légitime de se demander quels sont les effets induits par le numérique sur la gouvernance universitaire, quelle est l’évolution des modèles de gouvernance, quels sont les facteurs de réussite pour bâtir une université forte par et pour le numérique.

La gouvernance au cœur de la stratégie de l’AUF

La question de la gouvernance universitaire est au cœur de la réflexion stratégique et de l’action de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Elle agit et mobilise autour de cet axe stratégique une multitude d’acteurs : les universités membres, les agences et services en charge de l’assurance qualité externe et de l’accréditation, les différents réseaux et associations, ainsi que les milieux économiques et professionnels bénéficiaires des externalités des universités.
 
Afin de mieux répondre aux besoins de ses établissements membres et de la Francophonie universitaire, l’AUF a lancé deux initiatives : 

 

l’Initiative pour la Gouvernance dans le Nouvel Espace Universitaire Francophone (IGNEUF) qui fédère les acteurs intéressés à rejoindre l’Agence pour développer ensemble des solutions innovantes. Cette démarche s’inscrit pleinement dans l’agenda international, en particulier l’Objectif pour le Développement Durable n°4, qui reconnaît une place explicite à l’enseignement supérieur et son rôle comme moteur du développement, et place au cœur de sa stratégie les questions de qualité et de gouvernance. Elle favorise l’accompagnement des établissements désireux de mettre en place des actions pour relever les défis des nouvelles formes de gouvernance, et plus particulièrement ceux induits par le numérique ; 

l’Initiative pour le développement du numérique dans l’espace universitaire francophone (IDNEUF) conçue pour amplifier le développement des usages du numérique dans la sphère universitaire francophone. Lors de sa 3ème édition à Marrakech en juin 2018, il a été identifié parmi les cinq grands enjeux pour la construction de l’espace universitaire francophone, celui d’aider à la réflexion pour orienter la stratégie numérique de l'enseignement supérieur et de la recherche et faciliter la gouvernance des établissements.

 

Le colloque 2019 – une approche transversale et multidisciplinaire

Ce colloque réunira une diversité d’acteurs, praticiens et chercheurs du Nord et du Sud (responsables d’établissements universitaires d’enseignement et de recherche, enseignants-chercheurs, responsables d’agences nationales d’assurance qualité et d’accréditation, représentants du secteur privé et des ONG) pour échanger sur les transformations des universités induits par le numérique et sur les modèles économiques et de gouvernance associés.

Au-delà des contributions scientifiques et du partage de bonnes pratiques, ce colloque permettra d’identifier des modalités concrètes de renforcement de capacités des établissements d’enseignement supérieur et de recherche et de nouvelles pistes de partenariat, afin de faire du numérique un levier au service de la bonne gouvernance.

 

Ces contributions et modalités viendront nourrir à la fois l’Initiative pour la Gouvernance dans le Nouvel Espace Universitaire Francophone (IGNEUF) et l’Initiative pour le Développement du Numérique dans l’Espace Universitaire Francophone (IDNEUF), dont la 4ème édition se tiendra peu de temps après ce colloque à Bucarest, du 18 au 21 juin 2019.

© AUF 2018 Tous droits réservés